Le murailler, un métier idéal pour vos aménagements paysagers en pierre sèche

25 août 2021

Méconnu parmi les métiers de la pierre, le murailler intervient pourtant aussi bien dans les aménagements de jardins privés que dans les grands ouvrages publics. Ses nombreux atouts en font un métier d'avenir, qui intéresse aussi bien paysagistes que collectivités ! Levons le voile sur ce savoir-faire atypique avec Bruno Schneider, artisan murailler spécialiste en restauration du patrimoine vernaculaire. 


Un mur en pierre sèche en Provence

Murailler, un métier d'art qui sublime la pierre sèche

Le murailler maîtrise l'art ancestral de l'agencement des pierres sèches, sans liant ni mortier. Il construit ainsi des maçonneries, comme des murs de soutènement ou de clôture, ou encore des bâtis, selon une technique bien spécifique.

Un métier souvent confondu, par méconnaissance, avec celui de tailleur de pierre. « Chaque pierre est utilisée avec ses imperfections que l'on va transformer en avantage », nous explique Bruno Schneider. « La bosse de l'une va entrer dans le creux de l'autre. Ce sont les pierres qui nous guident et non l'inverse. C'est pourquoi le maître mot dans le métier de murailler est "persévérance" : on doit recommencer jusqu'à ce que l'on trouve la pierre qui complétera parfaitement sa voisine. »

Ce savoir-faire à l'aspect très reconnaissable est issu d'une technique millénaire, sans cesse améliorée par l'Homme. D'abord utilisée pour délimiter les surfaces agraires avec précision, elle adopte une visée plus majestueuse et esthétique, comme on peut le voir encore dans les Fortifications de Mycènes ou sur certaines parties de la Grande Muraille de Chine. « Aujourd'hui, 15 % des ouvrages d'art sont construits en pierre sèche. Nous roulons dessus avec nos véhicules de plusieurs tonnes sans en avoir conscience » explique Bruno Schneider.

Un métier de la pierre rare, qui compte seulement quelques dizaines de professionnels à temps plein en France, mais qui connaît un certain renouveau actuellement. 

Découvrez les métiers d'avenir de la pierre naturelle

Un métier d'avenir pour répondre aux enjeux actuels

Parce qu'un mur en pierre sèche est constitué jusqu'à 25 % de vide, cette construction agit comme un régulateur thermique ou de flux pour retenir l'eau, à l'image des restanques dans le sud de la France. « La tendance générale est de s'empresser de rejeter sur son voisin son trop-plein d'eau. Résultat, les habitants en aval subissent les plus gros dégâts après un orage », déplore Bruno Schneider. « 99 % des murs actuels sont hourdés, ce qui les transforme en barrages étanches. Avec la poussée de la terre humide doublée de la pression du flux d'eau, ce barrage va rompre sans aucun signe avant-coureur. » 

Un mur en pierre sèche est aussi une niche idéale pour la biodiversité, accueillant très rapidement lézards, lichens, insectes et nids d'oiseaux. C'est aussi un ouvrage qui s'inscrit dans une logique de développement durable, comme le souligne Bruno Schneider : « On utilise de la ressource locale, on crée des emplois non délocalisables, et on peut recycler à l'infini des pierres de démolition. Grâce à l'absence de liant, on mène des chantiers zéro déchet, car on ne consomme rien d'autre que notre énergie. »

Une technique qui voit sur le long terme, car un mur en pierre sèche donnera des signes de fatigue au lieu de s'écrouler d'un seul coup. Lorsqu'il y a un début de versement (ventre ou déchaussement de pierres), il suffit de restaurer la partie incriminée au lieu de tout démonter. « N'importe qui peut contribuer à la sauvegarde d'un ouvrage de murailler. Au cours d'une balade, quand on aperçoit une pierre tombée d'un mur, on peut la replacer et cela augmente la durabilité de la structure. ». Un mur construit selon les règles de l'art peut vivre facilement plusieurs centaines d'années. Les plus anciens murs retrouvés ont même 11 000 ans !

Le murailler est un véritable atout pour les collectivités...

« Les collectivités ont du mal à faire appel à nous. Pourtant, nous construisons sans problème des soutènements agricoles et routiers selon une technique approuvée par une multitude d'organismes, mais il y a toujours une appréhension des donneurs d'ordre », constate Bruno Schneider.

Pourtant, la technique du murailler répond à de grands enjeux de l'espace public : la gestion des eaux pluviales, la durabilité des nouveaux bâtis et la protection de la biodiversité, qui en prime permet aux collectivités d'atteindre des objectifs de développement de la trame bleue et verte, leur donnant ainsi accès à certaines subventions.

À lire également : 6 avantages de la pierre naturelle dans la construction

En Bourgogne, grâce à l'association des « Climats du vignoble de Bourgogne », les murs inscrits dans le périmètre du patrimoine de l'UNESCO bénéficient d'un financement pour la rénovation en pierre sèche. Pour transmettre ce savoir-faire précieux et protéger le patrimoine, certaines collectivités se sont lancées dans des chantiers participatifs. En 2019, la communauté de communes Lalbenque-Limogne a créé la journée « 1000 mains à la pâte » pour restaurer les murets de la via Podiensis, un des chemins du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle.

… mais aussi pour les paysagistes !

En plus de son esthétique charmante, l'aspect drainant d'une construction en pierre sèche en fait un aménagement de jardin idéal pour les particuliers et collectivités. Une compétence très intéressante à acquérir pour les professionnels du paysage !

« Le paysagiste a une vision très esthétique, et nous avons une vision plus technique. Nous ne sommes pas concurrents, mais complémentaires. Nous encourageons les professionnels du paysage à se former, et la FFPPS organise régulièrement des formations. » explique Bruno Schneider. « Les paysagistes doivent comprendre ce qu'il est possible de faire et comment convaincre leurs clients. Ils peuvent ensuite proposer un aménagement de jardin en pierre sèche dans leurs prestations. Quitte à sous-traiter dans un premier temps un chantier à un murailler professionnel, tout en formant leurs équipes en parallèle ! »

Envie d'en savoir plus sur le métier de murailler et sur les aménagements de jardin et d'ouvrages en pierre sèche ? Rendez-vous sur le salon Rocalia du 30 novembre au 2 décembre 2021 pour rencontrer les professionnels du secteur et assister à des conférences dédiées.

Découvrez le salon Rocalia

Nos remerciements à Bruno Schneider pour le partage de son expertise.


© Crédit photo : Jette Rasmussen / Adobe Stock
 

Partager cette page :