19-02-2024 Pierre naturelle

Comment les métiers de la pierre naturelle vont-ils évoluer d'ici 2035 ?

Yann Le Bihan a livré les conclusions d'une étude sur l'avenir des métiers de la pierre : 4 axes de développement majeur se dégagent.

rocalia
Paragraphes
Ckeditor

Si le salon Rocalia est le lieu privilégié pour découvrir les dernières nouveautés liées à la pierre naturelle, c'est aussi l'endroit où les professionnels peuvent anticiper les tendances qui vont impacter leur quotidien. Yann Le Bihan, responsable de l’Institut Supérieur de Recherche et de Formation aux Métiers de la Pierre, a livré sur Rocalia 2023 les conclusions d'une étude sur l'avenir des métiers de la pierre naturelle. Au menu : 4 axes de développement majeur se dégagent pour la filière.
 

Une feuille de route à horizon 2025 issue de deux études
 

Début 2023, les Compagnons du Devoir ont lancé une étude prospective sur le devenir des métiers de la pierre avec la contribution active de l’ensemble de la filière, dont : SNROC, RHONAPI, ROCAMAT, CTMNC, FFPPS, CAPEB, et le ministère de l'Éducation nationale et de la Jeunesse. Cette démarche méthodique a permis de détecter les évolutions possibles pour la filière de la pierre naturelle.

 

Parallèlement à cette étude prospective, une seconde étude a été menée sur l’emploi de la stéréotomie au XXIe siècle. Des leviers concrets ont été identifiés et accompagnent le scénario visé à 2035, dégageant ainsi de nouveaux axes de développement.

 

Quel avenir pour les métiers de la pierre ? La filière anticipe et trouve des réponses !
© Midnight Studio / Adobe Stock
Ckeditor

La stéréotomie, une alliée pour conduire l'évolution de la filière
 

L'étude sur la stéréotomie donne des pistes sur la mise en œuvre des résultats de la première étude. Elle a pointé le retour nécessaire au rôle initial de la stéréotomie, à savoir construire en pierre en fonction de la ressource et du territoire à disposition.

 

L'emploi de la stéréotomie permet de revenir à une utilisation frugale de la ressource pierre pour « bien bâtir, à petits frais » (Philibert Delorme, architecte, 1514 - 1570). Une approche dans l'air du temps !

Ckeditor

Axe n°1 : Structurer la filière autour de réalisations opérationnelles en région
 

Créer un observatoire pour la filière, accompagner les professionnels dans la mutation de leurs offres, encourager et soutenir l'investissement des entreprises d'extraction sont autant de pistes pour structurer la filière. Sans oublier de mener des réflexions à échelle régionale et nationale !

 

Yann Le Bihan évoque notamment la publication d'un abaque des prix, des ouvrages et des pierres, et d'ouvrages à destination des professionnels de la pierre. 
 

Axe n°2 : Promouvoir le matériau pierre
 

Communiquer autour des compétences, des savoir-faire et des matériaux permettra de replacer la pierre naturelle au cœur de la construction et de la rénovation. Il sera également important de mobiliser les métiers connexes, pourquoi pas à l'occasion d'un projet national pédagogique et transdisciplinaire. Yann Le Bihan cite les Défis du bois et le Solar Decathlon comme exemples inspirants.
 

Axe n°3 : Accompagner les écoles et démultiplier les actions de formation
 

Les études mettent en évidence l'importance de travailler sur la reconnaissance de l'appareilleur et sur la transversalité des savoirs par la formation professionnelle, mais insiste aussi sur l'apprentissage de la stéréotomie en tant qu'outil de réponse à une problématique actuelle et réelle.
 

Axe n°4 : Développer la R&D dans le réemploi et la construction mixte
 

Enfin, la filière doit favoriser le développement de la recherche dans les entreprises et sur l'hybridation de la pierre naturelle (bois, acier…). Elle doit développer des outils pour analyser et évaluer les structures en pierre et mettre en place une classification des pierres en fonction des usages.
 

Méthodologie : la filière identifie 7 facteurs impactant
 

Pour parvenir à ces axes de développement, la filière a cartographié ses facteurs impactant et a analysé leur évolution sur ces 10 dernières années, tout en dégageant les tendances attendues sur les 10 années suivantes :

 

  • Le marché : l'étude pointe une baisse d'utilisation du béton, une utilisation de la pierre au même titre que le béton ou le bois, et une croissance du marché de la rénovation : ⅓ du parc du patrimoine bâti doit être réhabilité. La demande est en hausse pour la pierre naturelle qui répond à des objectifs de performance énergétique et de durabilité, et il est nécessaire de développer des prestations en circuit court.
Ckeditor
  • La normalisation et réglementation santé et sécurité : la filière connaît un assouplissement global des réglementations. En parallèle, la sécurité et le confort au travail progressent, améliorant la vie des ouvriers.
     
  • La formation : les chantiers-écoles et workshops se massifient entre différents acteurs (architectes, tailleurs de pierre, ingénieurs…). Le maçon n'étant pas attaché à un seul matériau, il bénéficie d'une grande liberté : il faut le séduire pour qu'il intègre la pierre naturelle à ses prestations !
     
  • Les outils, savoir-faire et R&D : les bureaux d'étude se sont approprié les sujets liés à la pierre naturelle.
     
  • Les enjeux et impacts environnementaux : le rôle des matériaux devient stratégique, avec une importance croissante des fiches de déclaration environnementale et sanitaire (FDES) pour prouver les bonnes caractéristiques des matériaux. L'urgence climatique accélère ce processus et on assiste à une généralisation des analyses du cycle de vie (ACV).
     
  • L'image des métiers de la pierre naturelle : elle se modernise et le flux d'apprenants augmente sensiblement, attirés par des métiers « qui ont du sens ». Il faut renforcer cet aspect pour répondre au besoin de main-d'œuvre.
     
  • La filière : une volonté collaborative permet de faire émerger la création d'une interfilière. Une marche commune entre les différents syndicats aidera à restructurer la chaîne de valeur et à définir l'avenir de la filière.

 

L'avenir des métiers de la pierre naturelle d'ici 2035 se dessine à travers une approche stratégique axée sur la stéréotomie, la promotion du matériau pierre, le renforcement des formations, et le développement de la recherche. Sans oublier, bien sûr, cultiver l'intelligence collective. « Ensemble, on va plus loin », et ça, la filière de la pierre naturelle l'a bien compris !

Paragraphes
Ckeditor

Partenaire associé